Hproductif

Surdoué sans diplôme

Haut potentiel, surdoué, zèbre,… Pouvez-vous gagner votre vie confortablement en partant de rien ?

C’est ce qu’on va essayer de découvrir ensemble

Pourquoi votre passion ne devrait pas guider votre carrière

« Suivre sa passion est un conseil dangereux »

Cal Newport. So Good They Can’t Ignore You. 2012.

Le chemin semblait tout tracé:  Vous allez à l’école jusqu’à 18 ans, puis vous choisissez un joli cursus ou une formation qui nous plaît et hop ! Vous entrez dans la vraie vie. La vérité est malheureusement tout autre. Là où la majorité de vos ex camarades sont déjà partis de chez eux et travaillent, vous êtes toujours coincé à la case départ. Vous voudriez trouver LE métier épanouissant, qui vous corresponde vraiment. Vous pensez qu’en tant que haut potentiel il est obligatoire de faire une grande carrière formidable. Car il faut survivre, gagner sa vie, et travailler dans un grand fast food américain n’est pas vraiment votre tasse de thé. Mais vous avez beau réfléchir, retourner la question dans tous les sens, vous ne parvenez pas à tomber sur LA bonne idée qui vous fera sortir du brouillard.

Demi tour !

En fait attendre LA révélation qui va tout changer est une mauvaise méthode. Parce que il n’y pas une seule solution à votre problème. Il n’y a pas un seul métier fait pour vous (J’entends ceux qui se voient changer plusieurs fois d’orientation soupirer de soulagement). Non seulement les possibilités sont nombreuses, mais leurs formes également ! Pour certains jobs il est possible d’être salarié, patron, responsable, freelance, entrepreneur, etc… Toutes ces possibilités existent mais bien souvent on est conditionné à n’envisager que les options prestigieuses: l’université, la prépa… et un beau job bien payé à la clef. Et si on ne suit pas tout ça, c’est la misère qui nous attend ! Ça n’est pas étonnant d’être perdu devant tant de choix, d’autant plus quand on entend à droite et à gauche les difficultés d’adaptation de certains surdoués au monde du travail… Où faudrait-il se diriger ?

On ne devient pas pompier parce qu’on adore éteindre le feu.

… mais plutôt par sens du service, par goût de l’activité physique intense, par goût du risque…

Pendant longtemps j’ai rêvé de mon avenir, j’allais devenir ingénieur, pilote de formule 1, créateur de robots, génie de l’intelligence artificielle, interprète international, conférencier, …

Je croyais qu’il suffisait de m’inscrire pour ces études et que j’accomplirais mon destin en un clin d’œil. J’étais très intéressé par tous ces domaines, et avec toute la volonté du monde je pouvais y arriver. Sauf que ces perspectives de carrière ne représentaient que des fantasmes. Je n’avais aucune idée de pourquoi je voulais les réaliser, sinon pour le prestige ou les beaux salaires. D’année en année je me suis retrouvé face à un constat terrible: pour y arriver il fallait atteindre l’excellence, travailler dur, faire partie de l’élite, avoir des contacts. J’ai suivi des études, mais rien n’a fonctionné comme il fallait. Complètement perdu je me suis retrouvé sans idées, sans objectif. Mais il fallait absolument que je trouve quelque chose, ça ne pouvait plus durer. Et la plupart des astuces expliquant « comment gagner de l’argent sur Internet sans diplôme » ne vendaient que du vent.

Mais un beau jour j’ai eu la chance d’être coaché par une personne qui a totalement changé ma vision des choses. Elle m’a fait réaliser que je ne voulais pas entrer dans le moule, ni faire des études. Non, j’aspirais à la liberté, je voulais monter par moi-même. Comment faire ? L’idée est bonne, mais très floue.

La révélation

Alors ma coach m’a fait me souvenir des semaines de bénévolat en aide aux personnes âgées, de tous ces sourires de bonheur et de gratitude provoqués par de simples gestes bienveillants. De ces gens au supermarché qui ne peuvent se permettre d’acheter des bonbons à leurs enfants. Et enfin de ces gens au fond du trou à qui on n’a jamais appris à trouver du boulot, à se débrouiller. Et c’est à ce moment là que j’ai dit à ma mère, avec plus de conviction que jamais: “Je veux tendre la main aux gens. Je veux leur donner le sourire. Je veux les tirer vers le haut, parce que sinon personne ne le fera…”

Il est là le secret. Votre voie professionnelle n’est pas un secret enfoui quelque part sur lequel on tombe par chance. Au contraire elle est en vous, et les opportunités que vous ne connaissez pas encore ne viendront pas d’elles mêmes, elles se présenteront à votre porte au fur et à mesure que vous avancerez dans votre vie. Alors que vos convictions profondes, ce qui guidera votre carrière est déjà en vous. Ne vous concentrez plus sur ces choses que vous pourriez faire, mais sur ce que vous voulez faire. Suivez vos convictions. Ce sont elles qui vont vous inspirer, qui vont vous pousser à continuer et à ne pas abandonner après trois mois.

Trouvez ce qui vous anime en questions

On se dit souvent « Si je pouvais je… »

Imaginez que vous êtes autour d’un verre avec des amis, et que vous discutez de comment vous changeriez le monde. Qu’est-ce que vous racontez ?

Faites une liste de vos compétences, même celles qui semblent insignifiantes. Tout compte: ce que vous avez appris en cours, l’expérience acquise pendant vos jobs, tout ce que vous avez appris dans des livres, etc. Qu’est-ce que vous faites naturellement, mieux que le reste ? Pour quoi est-ce que votre entourage vous demande de l’aide ?

De cette manière vous obtiendrez une liste plus ou moins longue d’idées, de projets, de compétences acquises. Vous avez toutes les pièces du puzzle, il faut maintenant l’assembler. Toutes les cartes sont dans votre main !

Vous devriez maintenant avoir une vision plus claire de vos aspirations. Vous vous souvenez de ce projet à demi avoué jamais commencé ? Il est là il n’attend que vous ! Personne ne le fera à votre place ! Sentez cette petite boule, cette petite voix qui vous dit de foncer. Écoutez-la ! Elle vous met sur la voie afin de reprendre votre vie sur une base saine.


Laisser un commentaire